overview of al our artists contact info visit us on facebook !
nothing
nothing

Eve-Maud HUBEAUX, mezzo-soprano, press quotes

tittelbalk_pers

PRESS QUOTES 2017

Tristan und Isolde, R. Wagner, Brangäne. Company : Opéra de Lyon. Première : March 18, 2017. Staged production. Conductor : Hartmut Haenchen

« Le Wagner et le Strauss présentaient quelques très fortes personnalités à la hauteur de la puissance de l’original : l’Elektra taillée dans le roc d’Elena Pankratova, l’Isolde électrique d’Ann Petersen, la Brangäne si prometteuse d’Ève-Maud Hubeaux. » Le Figaro, Christian Merlin, 28.03.2017

« Die beste Gesangsleistung des Abends erbrachte hingegen Ève-Maud Hubeaux, die mit ihrem satten, schön timbrierten Mezzosopran eine herrliche Brangäne sang. », Der Neue Merker, Walter Nowotny, 18.03.2017

« Ève-Maud Hubeaux est une Brangäne infiniment touchante pour cette prise de rôle. » La Revue du Spectacle, Christine Ducq, 30.03.2017

« war die Brangäne von Ève-Maud Hubeaux die vokale Überraschung des Abends. » Der Standard, Joachim Lange, 28.03.2017

« Brangäne trouve une interprète expressive en Ève-Maud Hubeaux, voix ample et bien timbrée avec une projection du texte exemplaire. », Crescendo Magazine, Erna Metdepennighen, 24.03.2017

« La grande révélation vient d’Ève-Maud Hubeaux, qui nous offre une Brangäne sensationnelle. », heteroclite.org, Yannick Mur, 28.03.2017

« Ève-Maud Hubeaux est une Brangäne puissante, au timbre clair, fort bien articulé. », classiquesnews.com, Jean-François Lattarico, 28.03.2017

« Ève-Maud Hubeaux (Brangäne) au timbre profond et charnu. », L’Humanité, Alain Bœuf, 24.03.2017

« Mais c’est surtout Ève-Maud Hubeaux, dans le rôle de Brangäne, qui impressionne par la palette de nuances de son chant, au point de paraître faire de l’ombre, dans les première et troisième scènes du premier acte, à l’Isolde de Ann Petersen. » Le Zebre.info, S. Carmen, 25.03.2017

« Du côté des femmes, Ève-Maud Hubeaux, dont l’on avait fort goûté la révélation de sa Brigitta à Bâle, se voit confier un rôle à sa mesure et confirme combien la jeune cantatrice suisse est une artiste à suivre. Sa Brangäne n’est que somptueuse élégance. » Resmusica.com, Jean-Luc Clairet, 03.04.2017

« Ève-Maud Hubeaux est enfin une Brangäne de haute tenue, magnifique de bout en bout dans le rôle de la fidèle servante d’Isolde. » Sébastien Herbecq, 20.03.2017

« Belle surprise aussi, la frémissante et touchante Brangäne de la mezzo-soprano suisse Ève-Maud Hubeaux. » Telerama, Sophie Bourdais, 31.03.2017

« La jeune mezzo-soprano suisse Ève-Maud Hubeaux ne mérite pas moins d'éloges pour sa plénitude  vocale, chaude et élégante. Son appel dans la nuit du deuxième acte est une leçon de chant autant qu'une source de ravissement. » concertclassic.com, Philippe Carbonnel, 18.03.2017

« Magnifique surprise en revanche la Brangäne d’Ève-Maud Hubeaux, jeune mezzo française née à Genève, à la voix vibrante, magnifiquement projetée, au timbre plutôt clair (qui lui permettra de chanter Eboli la saison prochaine sur la scène de Lyon) qui paraît au premier acte un peu hésitante, mais qui prend de l’assurance dans un magnifique deuxième acte. Le texte est dit avec grande précision, le volume est réel, mais jamais exagéré. Tout cela est bien contrôlé. Une chanteuse qu’on va suivre avec beaucoup d’intérêt. » Wanderer Le Monde, 25.03.2017

« C’est la jolie voix chaude, intelligemment menée, d’Ève-Maud Hubeaux qui incarne idéalement la fidèle Brangäne. Le public, par ses saluts et applaudissements, montre qu’il n’a pas été insensible à sa prestation (on se souvient de sa belle incarnation récente à l’Opéra de Lyon en Andromaque dans Ermione de Rossini en novembre dernier). » Olyrix.com, Emmanuel Deroeux, 28.03.2017

« Grand espoir du chant wagnérien francophone, la mezzo suisse Ève-Maud Hubeaux se révèle la plus solide des Brangäne : magnifiquement timbrée, la voix fait montre d’une puissance et d’une projection impressionnantes, et elle délivre un irréprochable et émouvant appel au deuxième acte. » Opera-Online.com, Emmanuel Andrieu, 21.03.2017

« Herausragend was Ève-Maud Hubeaux als Brangäne » Salzburger Nachrichten, Ernst P. Strobel, 21.03.2017

« Ève-Maud Hubeaux est enfin une Brangäne de haute tenue, magnifique de bout en bout dans le rôle de la fidèle servante d’Isolde. » Bachtrack.com, Sebastien Herbecq, 20.03.2017

« Die stimmliche Entdeckung des Abends ist die wunderbar wasserklar timbrierte Brangäne der Ève-Maud Hubeaux. », Concerti.de, Peter Krause, 20.03.2017

« La Brangäne d’Ève Maud Hubeaux rivalisait de splendeur vocale et de dramatisme avec sa maîtresse. » Concertonet, Olivier Brunel, 18.03.2017

« Brangäne bénéficie de la voix puissante et expressive d’Ève-Maud Hubeaux, qui allie au soin de l’articulation une excellente diction de la langue allemande. » ForumOpera.com, Fabrice Malkani. 18.03.2017

 

PRESS QUOTES 2016

Ariane et Barbe-Bleue, P. Dukas, La Nourrice, Oper Basel, November 25 and 27, 2016 - In concert, role debut. Conductor Erik Nielsen

Den Part der Nourrice gibt die junge Ève-Maud Hubeaux aus Genf. Auch sie ist Mezzosopranistin. Was ich für Ariane schreibe gilt im selben Masse auch für La Nourrice: Hervorragend verständliche Diktion, makellose Intonation und hervorragende Mimik und Gestik ohne Übertreibungen. Der neue Merker/Peter Heuberger Basel, 25/11/2016

 

Ermione, G. Rossini, Andromaca, Opéra de Lyon, November 13 & TCE Paris, November 15, 2016 - In concert, role debut. Conductor Alberto Zedda

« A commencer par la somptueuse Andromaca d’Eve-Maud Hubeaux. Depuis plusieurs années déjà, nous savions que la mezzo franco-suisse pouvait se hisser aux tout premiers rangs du circuit international. Mais nous n’aurions jamais imaginé qu’elle progresserait aussi vite ! Dans un rôle taillé aux mesures de la légendaire contralto virtuose Rosmunda Pisaroni, Eve-Maud Hubeaux fait preuve d’un assurance et d’un audace sidérantes, jusque dans les cadences les plus acrobatiques. Une grande carrière s’ouvre désormais devant elle dans l’univers fascinant des contraltos rossiniens, en travesti ou pas. » Richard Martel, Opéra Magazine, 01/2017.

« Participant de cette étincelante réussite, la distribution figure parmi les plus royales jamais entendues à l’Opéra de Lyon. En confiant Andromaque à la juvénile Eve-Maud Hubeaux (28 ans), les programmateurs prenaient un risque calculé, lequel s’avère payant. Physique digne d’une beauté hellénique, fière allure, la cantatrice s’avère exemplaire de musicalité autant qu’en conduite de la ligne, déployant la palette d’un timbre des plus intéressants sinon fascinant, en tous cas de noble personnalité. Il reste à assouplir un tantinet l’aptitude bien réelle au chant orné, à gagner un peu en largeur dans le grave et le médium pour accéder à un idéal qu’on subodore si proche. » Lyon-Newsletter.com / Patrick Favre-Tissot-Bonvoisin, 13/11/2016

« ...Ève-Maud Hubeaux à la tessiture très large, imposante, avec des graves opulents et charnus tandis que les aigus sont percutants... » resmusica.co / Alain Attyasse, 21/11/2016.

« ...Objet de cette jalousie et de sa haine, Andromaca, interprétée par Ève-Maud Hubeaux. La mezzo-soprano se hisse à la hauteur de sa rivale. Avouons qu’il émane d’elle un charisme certain et que sa stature se détache de ses partenaires par sa taille et la robe aux traits bestiaux mise pour ce personnage sensé être barbare (entendez par là « étrangère »)... » toutelaculture.com / Elodie Martinez, 20/11/2016.

« ...Face à elle, la jeune mezzo franco-suisse Ève-Maud Hubeaux – intense Pauline (La Dame de pique) à l’Opéra national du Rhin la saison dernière – compose une Andromaca féminine et émouvante. Son air « Mia delizia » est de toute beauté, et la voix est par ailleurs suffisamment charpentée pour aborder le redoutable duo dramatique avec Pirro au II...» Opera on Line / Emmanuel Andrieu, 17/11/2016.

« ...La mezzo-soprano Ève-Maud Hubeaux, qui interprète Andromaque, dispose de médiums riches et profonds et d’un vibrato rapide et léger. Les graves de sa voix chaude sont puissants et maîtrisés...». Ôlyrix / Damien Dutilleul, 17/11/2016.

« ...Andromaca est confiée à la mezzo suisse Ève-Maud Hubeaux, belle présence, chant élégant et voix longue et soyeuse...» La lettre du musicien / Classissima, 15/11/2016.

« ...Une belle et talentueuse équipe a donc été rassemblée pour ce concert. Apparaît d’abord la pauvre Andromaque, interprétée par la mezzo-soprano suisse Ève-Maud Hubeaux avec une véritable présence scénique, une aisance vocale et une intelligibilité parfaite... » Ôlyrix / Emmanuel Deroeux, 14/11/2016.

« ...Andromaque a la voix d’airain d'Ève-Maud Hubeaux, entendue dans le Penthesilea de Dusapin à Bruxelles et ses interventions, dès la cavatine initiale, sont pleines d’une émotion contenue (magnifique aria di tomba, « Ombra del caro sposo », en duo avec Pirro à l’acte II) qui rend sa joute avec Hermione d’autant plus bouleversante... » Classiquenews / Jean-François Lattarico, 16/11/2016.

« ...Le timbre d’Ève-Maud Hubeaux (Andromaque) émeut davantage, de même que son engagement dramatique...»  Webthéâtre / Christian Wasseli, 17/11/2016.

« ...Lírica y melancólica la Andromaca de la suiza Ève-Maud Hubeaux... » scherzo.es / Jacobo Cortine, 15/11/2016.

« ...la mezzo-soprano Ève-Maud Hubeaux donne une voix poignante à Andromaca, dont elle souligne, dans sa cavatine « Mia delizia », la douleur plus que la douceur d’une mère pour son fils...»  Forumopera / Patrice Malkani, 13/11/2016.

 

Die tote Stadt, E. Korngold, Brigitta, Theater Basel (CH), Première : September 17, 2016 - Eve-Maud Hubeaux's debut in the House

« ...Brigitta, the young mezzo Eve-Maud Hubeaux, again confirmed her exceptional promisee... ». Opera Magazine / 02/2017

« ...Auch die Solistinnen und Solisten ziehen nochmals alle Register und beeindrucken mit starken Leistungen. Angefangen mit Eve-Maud Hubeaux welche mit ihrer Darstellung der Brigitta gesanglich und darstellerisch tief berührt und so dieser eher kleinen, aber wunderbaren Rolle das Format verleiht, das sie verdiente... » Der neue Merker / Michael Hug, 19/12/2016

« Als Haushälterin Brigitte bot die Schweizer Mezzosopranistin Eve-Maud Hubeaux eine souveräne Leistung.“ Der neue Merker / Udo Pacolt, 19/12/2016

« Als Brigitta vermag die betörend dunkel timbrierte Eve-Maud Hubeaux, ihre Zuneigungzu Paul und ihre eigenen Hoffnungen auf eine Beziehung zu ich mit wenigen Gesten überzeugend zu beglaubigen.“ Oper, Das magasine / Joachim Lange 11/2016

« Deux jeunes talents complètent l’affiche : la mezzo franco-suisse Eve-Maud Hubeaux, au timbre d’une chaleur ensorcelante, et le baryton allemand Sebastian Wartig » Opera Magazine / Laurent Barthel, 11/2016

« ...Helena Juntunen ist eine hinreißend irdische Marietta, Ève-Maud Hubeaux eine höchst überzeugende Brigitta. Ungeteilter Jubel für alle... » Wiener Zeitung / Joachim Lange, 21/09/2016

« Ève-Maud Hubeaux fait grande impression dans la brève partie dévolue à la dévouée Brigitta avec son mezzo souple, chaleureux, projeté sans effort : une magnifique chanteuse, de celles dont on retient d’emblée le nom. » Resmusica / Jean-Luc Clairet, 21/09/2016

« Zurecht mit viel Applaus bedacht wurden auch die Nebendarsteller Ève-Maud Hubeaux... »,Tageswoche / Dominique Spirgi, 17/09/2016

« Aufhorchen lässt Ève-Maud Hubeaux als Brigitta: Sie beginnt mit grosser Zartheit, ja beinahe verletzlich, doch dann schwingt sich ihre samtene Mezzosopranstimme in der wohl schönsten Phrase der Partitur ( ... und wo Liebe ist ...) zu einer fulminanten, ja geradezu orgiastischen Üppigkeit auf – Gänsehaut pur. » Oper aktuell / Kaspar Sannemann, 17/09/2016

« Sein Freund Frank scheint neben der Haushälterin Brigitta (Ève-Maud Hubeaux lässt mit ihrem satten Alt und vorbildlicher Diktion aufhorchen) der einzige Mensch zu sein, der je einen Fuss hier hereinsetzt.» Die deutsche Bühne / Tobias Gerosa, 17/09/1016

« Hervorzuheben sind auch Ève-Maud Hubeaux (mit voller, schön timbrierter Altstimme) als Pauls treue Haushälterin Brigitta. » Der neue Merker / Carmen Stocker, 17/09/2016

« Ève-Maud Hubeaux è una Brigitta di insolito spessore sia vocale sia scenico di “candidata” rifiutata alla successione di Marie secondo il disegno registico. » Il giornale della musica / Stefano Nardelli, 17/09/2016

 

Der Rosenkavalier, R. Strauss, Annina, Opéra National de Paris, Première : May 9 2016 - Eve-Maud Hubeaux's debut in the House

« Soulignons … surtout la fabuleuse Annina d’Eve-Maud Hubeaux faisant ses débuts bien plus qu’heureux à l’Opéra National de paris, et qui se montre à la fois bonne actrice et maîtresse mélodiste à la fin du IIe acte », classiquenews.com, 12.05.2016

« Le reste de la distribution est remarquablement homogène. Il serait trop fastidieux d’énumérer tous les membres d’un cast pléthorique mais je mentionnerai tout de même pour finir l’excellente Annina d’Eve-Maud Hubeaux », vissidarte.over-blog.com, 10.05.2016

« Die Nebenrollen waren ausgezeichnet besetz … mit Eve-Maud Hubeaux als Annina, die uns schon zu Ostern sehr positiv aufgefallen war als Ursule in Béatrice et Bénédict in Brüssel. », Der Neue Merker, Waldemar Kamer, 09.05.2016

« On a très bien distribué les seconds rôles : impayables Italiens de Dietmar Kerschbaum et la décidément très prometteuse Eve-Maud Hubeaux, par exemple. », concertonet.com, Didier van Moere, 09.05.2016

 

Béatrice et Bénédict,"Ursule", Berlioz, La Monnaie/De Munt, Brussels, Première March 24, 2016

« Anche Eve-Maud Hubeaux in Ursule si segnala per l’intensità nel duetto Vous soupirez, madame ? ; bella e interessante la voce. » teatro.it, Mirko Bertolini, 11.04.2016

« Eve-Maud Hubeaux rayonne en Ursule : cette jeune chanteuse a une voix valant de l’or et manifeste un sens remarquable du phrasé et de la nuance. » Concertonet.com, Sébastien Foucart, 03.04.2016

« The duet with Ève-Maud Hubeaux’s Ursule, Nuit paisible which is surely one of the most ravishing things Berlioz ever wrote, was so wonderfully blended, Karthäuser’s silvery soprano contrasting beautifully with Hubeaux’s youthful focused and resonant contralto. » Opera traveller, 03.04.2016

« Elle est soutenue par la délicieuse Hero d’Anne-Catherine Gillet et la remarquable Ursule d’Eve-Maud Hubeaux. » Le Nouvel Obs, Raphaël de Gubernatis, 05.04.2016

« Le grand frisson, l'émotion ont respiré dans les duo et trio féminin d'Anne-Catherine Gillet (Héro), Stéphanie d'Oustrac (Béatrice) et Eve-Maud Hubeaux (Ursule, compagne d'Héro), toutes trois à l'articulation parfaite, aux timbres en harmonie ... Eve-Maud Hubeaux, mezzo de velours, éloquente, d'une égalité de toute la tessiture, s'impose en élégance ». Le soir : Michèle FRICHE, 29.03.16

« Brassées de fleurs aussi pour l’Ursule d’Eve-Maud Hubeaux (une mezzo-soprano à suivre) ». La libre, Nicolas Blanmo, 28.03.16

« Und nicht zuletzt ist Eve-Maud Hubeaux eine großartige Ursule. Das wunderschöne Duett zwischen Hero und Ursule ist von beglückender Schönheit und Sensibilitä ». BR : Hans Reul, 25.03.16

« Excellente voix également, la jeune mezzo Eve-Maud Hubeaux donne relief et substance au rôle d’Ursule ». Forum Opera : Claude Jottrand, 25/03/16

« Stéphanie d’Oustrac incarne une incandescente Béatrice, Anne-Catherine Gillet une lumineuse Héro et Eve-Maud Hubeaux une avenante Ursule". La Croix, Bruno Serrou, à Bruxelles, le 25/03/2016

 

PRESS QUOTES 2015

Carmen, Georges Bizet, "Debut title role", Oper Klagenfurt, Première December 12, 2015

« Eve-Maud Hubeaux ist ein stimmlich exzellente Carmen. Sinnlich, und strahlend, glühend, aber auch eiskalt waren vor ihr viele. Aber sie gibt mit Verve die Zigeunerin, die den Männern den Kopf verdreht.", Ingeborg Jakl, Der Sonntag, 20.12.2015

« Eve-Maud Hubeaux ist eine schönstimmige und dramatisch fokussierte Carmen », Helmut Christian, Kleine Zeitung, 14.12.2015

« Carmen" Eve-Maud Hubeaux ist ein kurviges Vollblutweib mit prächtigem Mezzo », Irina Lino, Kronen Zeitung, 14.12.2015

« Die 27-jährige Schweizerin Eve-Maud Hubeaux ließ eine sehr schön timbrierte, technisch sauber geführte Mezzostimme und eine ausgezeichnete Textartikulation hören... » Hermann Becke, deroperfreund.de, 30.12.2015

 

Les nuits d'Eté, Hector Berlioz, Orchestre Philharmonique de Strasbourg, led by Marko Letonja (Oct 15 & 16, 2015, PMC Strasbourg)

« Au centre du concert la mezzo-soprano suisse Eve-Maud Hubeaux ouvre heureusement de vrais horizons. Après avoir constaté bien souvent que cette jeune chanteuse d’Opéra-studio dispose d’un potentiel peu ordinaire, lors de ses diverses apparitions à l’Opéra du Rhin, on est heureux de lui voir enfin confier un emploi à sa véritable mesure. Les Nuits d’été de Berlioz, rien moins, mais c’est là une marque de confiance tout à fait méritée. L’investissement des ces mélodies avec orchestre s’avère magistral : perfection de l’intelligibilité voire de l’intelligence poétique de la diction, puissance de projection, beauté intrinsèque d'une voix de mezzo-soprano très homogène sur l’ensemble de la tessiture… On parcourt ces six pièces comme un rêve éveillé, le tissu orchestral subtil entretenu par Marko Letonja participant au charme entêtant de ces moments privilégiés. Le début d’une grande carrière ? On le souhaite clairement, à cette artiste d’une envergure exceptionnelle." Laurent Barthel, ConcertoNet.com, 15.10.2015

 

Penthesilea, "Oberpriesterin", Pascal Dusapin, Création en France, l'Opéra national du Rhin, Strasbourg, 26/28/30 sept & 1 oct 2015

«  Remarquable également est la voix puissante d’Eve-Maud Hubeaux incarnant avec autorité la Grande Prêtresse (Oberpriesterin).» Par Michèle Tosi | 30 septembre 2015, Resmusica.

« Au même niveau d’excellence, on placera Eve-Maud Hubeaux, qui ne devrait pas longtemps rester cantonnée aux rôles secondaires où elle a fait ses premiers pas. La densité impressionnante de son registre grave lui permet de prétendre à des personnages de premier plan, et sa Grande-Prêtresse sera, à n’en point douter, un tournant dans sa jeune carrière. » Par Laurent Bury | mardi 29 Septembre 2015, Forum Opéra.

« Eve-Maud Hubeaux est une Grand Prêtresse fabuleuse, avec une scénique aussi forte que sa voix est belle. » Anne Suply, L’Alsace, 29.09.2015

« Eve-Maud Hubeaux en Grand Prêtresse à la voix généreuse » Marc Munch, Les Dernières Nouvelles d’Alsace, 29.09.2015

« Eve-Maud Hubeaux (Grande Prêtresse) convainc totalement par la beauté du timbre et la qualité de la voix.» Vincent Guillemin, ‪AltaMusica.com, 26.09.2015

« Akzente setzen Eve-Maud Hubeaux als Oberpriesterin » Alexander Dick, Badische Zeitung, 28.09.2015

 

La Dame de Pique, "Pauline" P.I. Tchaïkovsky, Opéra national du Rhin, Strasbourg, Marko Letonja / Robert Carsen, Première, 16 juin 2015

« Eve-Maud Hubeaux est une épatante Pauline, avec une voix charnue et une charmante vivacité scénique, qui fait merveille dans la « Chanson russe », après une « Romance » des plus pathétiques. » Opéra Magazine, 09.2015

« Eve-Maud Hubeaux chante admirablement les couplets de Pauline. » Erna Metdepenninghen, Cresendo Magazine, 30.06.2015

« Une Pauline (Eve-Maud Hubeaux) dont on remarque d’entrée de jeu le timbre superbe et le beau chant. » André Tubeuf, Quoboz blog, 29.06.2015

« Fra gli altri, la sensibile Eve-Maud Hubeaux restituisce dignità a una Polina penalizzata dai tagli con la bella romanza del primo atto. » Stefano Nardelli, giornaledellamusica.it, 26.06.2015

« Eve-Maud Hubeaux, toute émotion rentrée, se montre exquise dans le rôle de Pauline. »  Michel Le Naour, 23.06.2015

« La Pauline di Eve-Maud Hubeaux si rivela una sorpresa, sfoggiando un vellutato timbro da mezzosoprano e un fraseggio partecipe e spontaneo che colpisce l’ascoltatore, rendendo piena giustizia a quel gioiello che è la salottiera romanza cantata nella camera di Lisa; purtroppo fa accrescere il rimpianto del taglio dell’intermezzo all’interno della scena della festa che ci priva di ascoltare il suo Milozvor. » Daniele Gallei | 21.06.2015

« Mais la très heureuse découverte de la soirée vient de la Pauline de la superbe mezzo franco-suisse Eve-Maud Hubeaux, dont la grande beauté d'un timbre à la fois sombre et coloré et une superbe ligne de chant, font de sa romance de l'acte I un sommet inattendu, justement salué par la salle. On lui prédit une belle carrière. » Emmanuel Andrieu | 21.06.2015

Le duo au début du second tableau avec le mezzo tout aussi dense et charnu de Eve-Maud Hubeaux en Pauline demeurera le moment le plus intensément poétique de la soirée. Resmusica, par Michel Thomé | 19 juin 2015

« En Pauline Eve-Maud Hubeaux fait merveille et confirme, de son timbre aujourd’hui somptueux et par sa magnétique présence, tous les espoirs placés en elle. » Jérôme Pesqué | 18.06.2015

« Potom skrčený vedľa neho počúva Polininu romancu (farebne podmanivý, krásne koncentrovaný, zvonivý mezzosoprán Eve-Maud Hubeaux). » Michaela Mojžišová | 26.06.2015 (“Then he crouched next to her listening to Polina’s romance (colorfully captivating, beautifully concentrated, ringing mezzo-soprano Eve-Maud Hubeaux).”

Privée du divertissement du deuxième acte, Pauline n’a qu’une scène pour s’imposer, mais Eve-Maud Hubeaux y parvient sans peine, avec notamment une superbe romance. Forum Opéra, par Laurent Bury | 16 Juin 2015

 

Petite Messe Solennelle, G. Rossini, Opéra de Massy, Ensemble Aédes, M. Romano, 12 may 2015

« On ne peut qu’être subjugué par la voix rare d’Eve-Maud Hubeaux (mezzo), qui arrive à alléger parfaitement dans les ensembles, tout en traduisant une grande émotion dans les parties forte, notamment dans un éblouissant Agnus Dei. » Jean-Marcel Humbert, Forumopera.com, 14.05.2015

 

Penthesilea, "Oberpriesterin", de Pascal Dusapin, Création mondiale La Monnaie/De Munt, Avril 2015

« The most consistently enjoyable vocalism issued strongly from the excellent Swiss mezzo Eve-Maud Hubeaux as the High Priestess who eventually expels Penthesilea from her own kingdom. » David Shengold, Opera News, 06.2015

« La mezzo suisse Eve-Maud Hubeaux incarne avec noblesse ce personnage si intéresant de la Grande Prêtresse, qui a pour charge de décrire à distance certaines scènes capitales. » Patrick Scemama, Opéra Magazine, 05.2015

« Le contralto sépulcral de Eve-Maud Hubeaux en Grande Prêtresse. » Thomas Vergracht, 03.05.2015

« Parmi une distribution intense et engagée, on retiendra Marisol Montalvo, Prothoe, alliée attentive de la reine des Amazones, et Eve-Maud Hubeaux, impressionnante Prêtresse. », Laurent Vilarem, La lettre du musicien, 21.04.2015

« Eve-Maud Hubeaux, contralto royale fait de la grande Prêtresse une figure noble et singulièrement jeune. » Caroline Alexander, webtheatre.fr, 11.04.2015

« Dass auch kleinere Rollen erstklassig besetzt sind, gehört zu den Markenzeichen des Brüsseler Hauses – und so darf berichtet werden von Eve-Maud Hubeaux, die eine Oberpriesterin von imposanter vokaler Ausstrahlung bot. » Peter Hagmann, Neue Zürcher Zeitung, 08.04.2015

« La jeune Eve-Maud Hubeaux prête son mezzo insolent à l’implacable Grande Prêtresse gardienne des lois. », Marie-Aude Roux, Le Monde, 07.04.2015

« Metallisch gefärbt, dabei leise und diszipliniert, verschafft sich Eve-Maud Hubeaux als mahnende Oberpriesterin immer wieder Gehör. », Jan Brachmann, Frankfurter Allgemeine Zeitung

« La sacerdotessa dura e autoritaria di Eve-Maud Hubeaux. » Giuseppe Fasanella, operclick.com, 02.04.0215

« L’alto française Eve-Maud Hubeaux prête sa voix stable et rayonnante au rôle de la Grande Prêtresse. », Martine D. Mergeay, La Libre Belgique, 02.04.2015

« Eve-Maud Hubeaux n'a certes pas l'âge d'une Grande prêtresse mais déjà toute l'autorité requise, bien campée sur un mezzo très sain » Benoit Fauchet, Diapason, 02.04.2015

« Eve-Maud Hubeaux dans le rôle de la Grande Prêtresse des Amazones dégage aussi une très forte force vocale et un très grand tempérament. » Pierre Lepori, Espace 2 Magma, 01.04.2015

« Grandios, wie gewohnt in Brüssel, das Solistenensemble: Natascha Petrinsky als eine Penthesilea (…) Ihr ebenbürtig die Prothoe von Marisol Montalvo und die Oberpriesterin von Eve-Maud Hubeaux. » Pedro Obieda, opernnetz.de, 31.03.2015

 

Concert des Révélations Classique de l’Adami, Théâtre des Bouffes du Nord Paris :

« Remarquée sur les scènes de l'Opéra National de Lyon ou d'Aix-en-Provence, la jeune mezzo Eve-Maud Hubeaux a déjà fait souvent parlé d'elle en remportant de nombreux concours. Son entrée dans le "Cruda sorte...", l'air d'Isabella de L'italiana in Algeri de Rossini a fait grande sensation. Les vocalises précises sont envoyées en rafale et culminent dans un aigu décoiffant. La belle prestation est même impressionnante et constitue sans doute, le temps fort de la soirée déjà riche en grands moments. Le duo suivant, Rosina Figaro, issu du barbier laisse deviner une nature de comédienne. La voix sonore se fera intime et chaude dans l'air de Sapho de Gounod, "Ô ma lyre immortelle". On regrettera à peine les quelques consonnes qui auraient permis à la mezzo de tutoyer la perfection. » Hugues Rameau, L’express.fr, 23.01.2015

« La plus grande « découverte » de la soirée, c’est Eve-Maud Hubeaux, une mezzo-soprano à un talent surprenant. A son agilité technique à couper le souffle (« Cruda sorte » de L’Italienne à Alger et le duo de Rosina et Figaro du Barbier de Séville) s’ajoute ses jeux d’actrice très convaincants qui va de regards et de gestuels jusqu’aux mouvements du corps ; On sent nettement qu’elle s’éclate sur la scène, dans le chant, tant dans le style « léger » comme Rossini que dans celui plus sérieux (Sapho de Gounod, « O ma lyre immortelle »). » Victoria Okada, Resmusica.com, 15.01.2015
 
« Côté chanteurs, on retient la prestation de la mezzo Eve-Maud Hubeaux. Comédienne, elle endosse avec justesse des rôles contraires : une Rosine mutine dans le duo avec Figaro du Barbier de Séville de Rossini, puis une Sapho poignante dans le fameux "O ma lyre immortelle..." de Gounod, servi par l’expressivité d’une voix puissante. » Suzanne Gervais, La lettre du Musicien, 12.01.2015

« Côté voix, la mezzo Eve-Maud Hubeaux est au rendez-vous des Bouffes du Nord pour quelques airs qui en disent long sur la versatilité de son talent. Si « Ô ma lyre immortelle… » (Gounod/ Sapho) illustre des qualités de dictions remarquables et un sacré tempérament de tragédienne, son riche matériau vocal se met avec la même aisance au service de la comédie dans un éblouissant « Cruda sorte » (Rossini/ L’Italiana in Algeri) –  à quelle impeccable rhytmicienne a-t-on de surcroît affaire ! – ou un beau duo Rosina / Figaro du Barbier en compagnie Mathieu Gardon. » Alain Cochard, Concertclassic.com, 12.01.2015

 

PRESS QUOTES 2014

Der Fliegende Holländer, Opéra de Lyon, Octobre, Novembre 2014

« Plus qu'une mention, enfin, pour la remarquable Mary d'Eve-Maud Hubeaux, dont nous suivons la progression depuis plusieurs années. Le timbre est toujours aussi beau, et l'émission a gagnée en homogénéité, sans rien perdre de son impact : un bel avenir s'ouvre devant la jeune mezzo franco-suisse.» Richard Martet, Opera Magazine, 11.2014

« Une belle surprise avec la Mary de Eve-Maud Hubeaux, jeune mezzo genevoise, deuxième prix du concours du Belvédère. (…) . Et le timbre chaud, la voix large et assise de cette jeune chanteuse née en 1988 se remarque et donnent à Mary une véritable présence, c’est clairement pour moi l’une des meilleures Mary entendues. Une jeune chanteuse riche d’avenir. » Le Blog du Wanderer - Le Monde, 26.10.2014

« Félicitations en revanche à la jeune Eve-Maud Hubeaux, qui campe l’une des rares Mary bien chantantes qu’on ait entendues dans cet emploi sacrifié neuf fois sur dix. » Yannick Millon, Altamusica.com, 17.10.2014

« La nourrice Mary a qui Eve-Maud Hubeaux prête les voluptés de son beau mezzo », Marie-Aude Roux, Le Monde, 15.10.2014

« Les rôles de Mary et du Pilote de Daland sont eux aussi soignés, la mezzo-soprano Eve-Maud Hubeaux prêtant à la première son timbre corsé et l’intensité d’une voix très charnelle », Fabrice Malkani, forumopera.com, 13.10.2014

« Eve-Maud Hubeaux chante magnifiquement Mary », Jean-Charles Hoffelé, concertclassic.com, 13.10.2014

« Parcours sans faute pour les seconds rôles comme Eve-Maud Hubeaux (Mary). » Caroline Alexander, webtheatre.fr, 11.10.2014

« ...devant la Mary au grain ambré d’Eve-Maud Hubeaux... » Sylvie Bonier, Le Temps, 17.10. 2014

« Eve-Maud Hubeaux, charmante Mary, dont la voix très timbrée, centrale et dense, doit faire des merveilles dans le répertoire baroque plus encore que dans Wagner. », Beate Langenbruch, Bachtrack.com, 16.10.2014

Trauernacht, Festival d'Aix-en-Provence, 2014 (Cantates de J.S. BACH)

A réécouter, recontre avec Eve-Maud Hubeaux :

http://www.festival-aix.com/blog/eve-maud-hubeaux-rencontre-avec-la-fille-cadette-de-trauernacht/

« Autre moment d’émotion intense : l’air pour alto de la cantate BWV 169, confiée à une jeune et magnifique mezzo, Eve-Maud Hubeaux, issue comme ses partenaires de l’Académie du festival ». Télérama, Gilles Macassar, 13.7. 2014.

« On constate dès le début que les aigus rayonnants d’Aoife Miskelly, les graves résonnants d’Andri Björn Robertsson, l’alto projetant d’Eve-Maud Hubeaux et les médiums chaleureux de Rupert Charlesworth vibrent de la même ferveur ». Le Temps, Sylvie Bonier, 15.7.2014

« Il y a des moments musicaux qui vous atteignent au plus profond, par exemple Stirb in mir pour alto (magnifique Eve-Maud Hubeaux, voix sonore, bien projetée, large, profonde) de la Cantate BWV 169. » Le blog du Wanderer, 21.07.2014

« Sur le plan musical, Raphaël Pichon, dont le Bach tout en fluidité s'accorde parfaitement à la mise en scène, a transformé en quelques répétitions les jeunes instrumentistes et chanteurs issus de l'Académie européenne de musique en interprètes accomplis, permettant de repérer l'aigu lumineux de la soprano Aoife Miskelly, le grain dramatique de l'alto Ève-Maud Hubeaux, la douceur du legato du ténor Rupert Charlesworth et le sens du phrasé de la basse Andri Björn Robertsson. » Le Figaro, Christian Merlin, 18.7.2014

Otto Nicolai, Die lustige Weiber von Windsor, Frau Reich, Opéra de Lausanne

« Sa copine Frau Reich trouve un refuge de tout confort dans la voix chaude de la mezzo Eve-Maud Hubeaux, enfant du pays couronnée de nombreux prix internationaux. », Caroline Alexander, webtheatre.fr, 19.06.2014

« As her colleague Frau Reich, (Mrs. Page) she had the great alt Eve-Maud Hubeaux, a young very good sounding Alto, she has been participating in several singing competitions and won good prizes, and to my great pleasure she won the 2 prize and the Kirsten Fagstad Prize in the Belvedere singing competition. I was amazed to hear her in this demanding role.” Henning Høholt, Kulturkompasset, 17.06.2014

« Il faudra suivre de près sa commère Frau Reich : timbre opulent de vrai mezzo, Eve-Maud Hubeaux n’attend pas le nombre des années pour impressionner. » Didier van Moere, Avant-Scène Opéra, 15.06.2014

« Auch die hervorragende Eve-Maud Hubeaux als Frau Reich mit einer profunden Tiefe », Marcel Paolino, Der Neue Merker, 15.06.2014

« On retiendra la voix ample et grave de la jeune mezzo suisse Eve-Maud Hubeaux en Frau Reich. » Claudio Poloni, concertonet.com, 15.06.2014

« La mezzo Eve-Maud Hubeaux (Frau Reich) est aussi convaincante comédienne que chanteuse au métier déjà solide », Emmanuel Andrieu, opera-online.com, 14.06.2014

R. Wagner, Der Fliegende Holländer, Mary, Opéra national du Rhin :
« En quelques trop brèves répliques, la Mary de Eve-Maud HubeauxEse fait remarquer par un timbre de mezzo somptueux et riche et par une notable puissance ». Michel Thomé 29/1/2014 ,resmusica.com

 « En Mary, Eve-Maud Hubeaux confirme sa place parmi les meilleures mezzos françaises de la nouvelle génération. »  Alain Cochard, 28.01.2014, concertclassique.com

 « Signalons quand même deux consolations: l’Erik modèle de Thomas Blondelle et quelques superbes phrases de la Mary d’Eve-Maud Hubeaux, une chanteuse qui mérite un bel avenir. » Laurent Barthel, 26.01.2014

 

PRESS QUOTES 2013
 
Gala du Bolshoï et du « Paris Opera Competition », Théâtre Impérial de Compiègne :

« Chez les Français, ce sont aussi la mezzo et le baryton qui sortent du lot. Eve-Maud Hubeaux, qui a déjà remporté de nombreux prix, est en constants progrès. C’est surtout dans le grand air de Sapho (« O ma lyre immortelle ») qu’elle donne toute sa mesure, avec un résultat impressionnant. » Thierry Guyenne, 11.2013, Opera Magazine 

5th Renata Tebaldi International Voice Competition (1st Prize) :
 « The first prize of 10,000 Euros went to the French-Swiss mezzo soprano Eve-Maud Hubeaux, at the age of 25 the youngest of the finalists, and additionally a lawyer!  She is a force of nature who consistently came out in front in each round.  She is headed for a great career. » Brian Dickie, 29.09.2013, Personal Blog of a jury member, briandickie.com

Wesendonck-Lieder, R. Wagner, Orchestre Symphonique de Mulhouse (P. Davin) :
« La mezzo-soprano Eve-Maud Hubeaux, aussi à l’aise dans le bel canto que dans le romantisme wagnérien des Wesendonck Lieder, et le baryton belge Lionel Lhote ont incarné Don Qichotte et Dulcinée, Don Juan et Zerline, Le Figaro et Mozart et celui de Rossini ». J.-C. O., L’Alsace, 15.09.2013

Chorégies d’Orange – Concerts de Révélations Classiques de l’Adami :
« La mezzo Eve-Maud Hubeaux fait montre d’un solide technique et d’une grande musicalité en Isabella dans l’Italiana in Algeri (« Cruda sorte ! »). Charlotte passionnée, elle donne ensuite la réplique au Werther d’Abdellah Lasri (duo de l’acte III). » Patrice Henriot, Opéra Magazine, 09.2013

32nd Hans Gabor Belvedere Singing Competition (2nd Prize) :
« Das Niveau war sehr gut. Mit der Wahl der ersten vier könnte man einverstanden sein.(…) Die Schweizerin Eve-Maud Hubeaux gewann Jury und Publikum mit Isabelas "Cruda sorte" aus "L'Italiana in Algeri", nicht zulezt dank ihrer glanzenden Höhe. » Gerhard Persché, Opernwelt, September/Oktober 2013

« The second prize was shared between Roman Burdenko, a suave young Russian baritone and Eve-Maud Hubeaux, a poised, stately Swiss mezzo whose fluent bel canto has overtones of Joyce DiDonato. » Opera Now, 09.2013

« Sono d’accordo con l’ex-aequo assegnato a Eve-Maud Hubeaux e Roman Burdenko. La Hubeaux ha sfoggiato un bel registro mezzosopranile, con un corposo registro grave ed una bella proiezione. » Edoardo Saccenti, OperaClick.com,

« Le juste équilibre, on l'a compris, est difficile à trouver. Il nous a paru pratiquement atteint par Eve-Maud Hubeaux. « Cruda sorte », l'air que la mezzo-soprano suisse a choisi d'interpréter, est suffisamment périlleux pour retenir l'attention. Le timbre possède une robe idéale, capiteux sans être lourd, les registres sont unis ce qui n'empêche ni le grave d'être audible, ni l'aigu de viser juste et haut ; le chant est agile, la vocalise déliée, l'interprète expressive. Qu'elle se départe de la timidité inhérente à sa jeunesse et elle recueillera mieux qu'un deuxième prix. » Christophe Rizoud, 06.07.2013, Forumopera.com


PRESS QUOTES 2012

Die Zauberflöte, W.A. Mozart, Dritte Dame, Opéra National du Rhin:

 « La troisième Dame d'Eve-Maud Hubeaux est aussi une belle surprise, même blessée elle a donné à son personnage de la profondeur et du caractère avec sa voix veloutée. » Sabino Pena Arcia, 14.12.2012, Classiquenews.com

« Surprenant d’abattage, de précision et d’homogénéité, l’ensemble des trois Dames (Anneke Luyten, Aline Martin et Eve-Maud Hubeaux). » Emmanuel Andrieu, 12.12.2012, classiqueinfo.com

Secondo Concorso Internazionale di Belcanto Vincenzo Bellini :

« In particolare, calorosi consensi il discreto pubblico intervenuto ha tributato al caldo e corposo timbro di Eve Maud Hubeaux, mezzosoprano di grande sicurezza scenica, dotata di una tecnica di prim'ordine. » Giuliana Cutore, 11.11.2012, Bellininews.it

49e Concours International de Chant de Toulouse (3ème Prix) :

« La jeune mezzo française Eve-Maud Hubeaux (24 ans) a reçu le Troisième prix féminin. La voix est belle et cuivrée, longue (un contre-ut rajouté, un peu exotique mais percutant, dans « Cruda Sorte ! » de l’Italianna in Algeri), étonnamment agile vu son volume » Thierry Guyenne, 11.2012, Opéra Magazine

L’Enfant et les sortilèges, M. Ravel, La Maman, La Tasse chinoise, La Libellule, Festival d’Aix-en-Provence :

« Del reparto, junto a la soprano francesa Chloé Briot como el niño, caben destacar dos voces femeninas: la también soprano argentina Mercedes Arcuri (…) y la imponente prestancia física y vocal de la mezzo suiza Eve-Maud Hubeaux como La madre, La taza china y La libélula. » Juan Antonio Llorente, 14.07.2012, Doce Notas

« Eve-Maud Hubeaux est une Maman d'une présence incontestable » Christophe Rizoud, 08.07.2012, Forum Opera

Le Nozze di Figaro, W.A. Mozart, Marcellina, Opéra-Théâtre d'Avignon:

« Eve-Maud Hubeaux, à la voix déjà épanouie, offre une Marcellina très juste de ton et acariâtre à souhait. »  Emmanuel Andrieu, 6.01.2012, classiqueinfo.com

 

PRESS QUOTES 2011

La Nuit de Gutenberg, P. Manoury, Folia, Opéra National du Rhin :

« Eve-Maud Hubeaux en revanche brille, portée par le panache et la liberté du personnage de Folia. » Pierre Rigaudière, n°569, 11.2011, Diapason

« Eindrücklich war der körpervolle Mezzo von Eve-Maud Hubeaux als Folia. » Alfred Zimmerlin, 30.09.2011, Neue Zürcher Zeitung

« Les mélismes du personnage de Folia séduisent souvent par leur étrange beauté. Les voix sont belles, avec mention particulière pour le timbre ensorcelant d’Eve-Maud Hubeaux. » Laurent Barthel, 27.09.2011, ConcertoNet.com

Ali Baba ou les 40 voleurs, L. Cherubini, Morgiane, Opéra National du Rhin  et Théâtre de l’Athénée :

« Seule Ève-Maud Hubeaux (Morgiane), avec sa voix pleine et sa technique maîtrisée, rend justice au chant écrit et voulu par le compositeur. » Christian Wasselin, 28.04.2011, webthea.com

« Ausgezeichnet die Mezzosopranistin Eve-Maud Hubeaux als ihre Dienerin Morgiane, die auch darstellerisch überzeugend agierte. » Udo Pacolt, 7.012011, Der Neue Merker

Die Walküre, R. Wagner, Waltraute, Oper Frankfurt:

« (…) there are some noteworthy voices among Wotan’s Valkyrie brood : as Grimgerde, Tanja Ariane Baumgartner, and the very young Eve-Maud Hubeaux’s physically and vocally imposing Waltraute. » Hugh Canning, 02.2011, Opera

 

PRESS QUOTES 2010

Il Matrimonio segreto, D. Cimarosa, Fidalma, Opéra National du Rhin :

« Quant à Eve-Maud Hubeaux, à 22 ans seulement, elle déploie un timbre d’alto très riche, avec un bas medium étendu, un humour savoureux et une prestance confondante. » Jean-Luc Macia, 06.2010, Opéra Magasine

« Der kräftige, aber zugleich auch lyrische Mezzosopran von Eve-Maud Hubeaux erscheint für viele Rollen geeignet, man darf auf ihre nächsten Engagements gespannt sein. » Michaela Preiner, 9.05.2010, European Cultural News

« Eve-Maud Hubeaux seule, dans le rôle de Fidalma, veuve bien verte encore, tire véritablement son épingle du jeu. Vingt-deux ans, une authentique présence, et un beau mezzo à l’aigu aisé. À suivre. » Mehdi Mahdavi, 3.05.2010, Altamusica.com

Ariadne auf Naxos, R. Strauss, Dryade, Opéra National du Rhin :
 
«In den kleineren Partien uberzeugten vor allem (…) die Iyrisch dunkle Dryade von Eve-Maud Hubeaux. » M. Fiedler, avril 2010, Das Opernglas

• Contact • - All Rights reserved - Ariën Arts & Music Mgt - founded by Gaston Ariën - • Overview •